Courir sur la neige en ville et sur route



Courir sur la neige en ville et sur route

Continuer à courir sur route l'hiver, dit risque de running sur neige avec tous les dangers que cela comporte. Effectivement faire de la course à pied par temps neigeux à Paris comme dans toute autre ville demande quelques adaptations et des précautions.


Pour les mordus de running que nous sommes, pas question d'hiberner, de faire une longue pause hivernale. A chaque saison ses avantages et ses inconvénients, le tout étant de s'adapter aux conditions météorologiques afin de profiter au maximum et en toute sécurité de notre sport de prédilection. Si en été on craint d'avoir trop chaud, l'hiver courir par temps froid est inévitable, mais cela se règle avec la tenue running hiver qui convient.

Mais il y a d'autres spécificités qui rendent les runs hivernaux uniques. Je ne parle pas des températures basses, ni de la nuit qui tombe bien plus vite. Non, c'est bien de la neige et du verglas auxquels je fais référence. Si en montagne, on est habitué à ces phénomènes météo, en ville, les citadins sont moins enclin à fouler le blanc manteau qui recouvre les rues et trottoirs.

Perso, dès qu'il neige, je ressens une irrésistible envie d'enfiler mes chaussures de sport. J'éprouve de belles sensation lorsque je foule le neige fraîchement tombée. Mais j'avoue aussi que parfois, je me fais quelques frayeurs. A ce titre, j'ai décidé de vous donner quelques conseils, tirés de ma petite expérience de runner sur routes enneigées dans les Hauts de France.

Faire du running en ville dans la neige danger ou pas

La neige, c'est beau, ça nous offre des paysages magnifiques et immaculés, mais c'est aussi une source de dangers pour les coureurs. Sous la poudreuse, on ne sait pas toujours ce qui peut se cacher. Plaque de verglas, trou dans la chaussée, plaque d'égout et bien d'autres sournoiseries. On comprend vite pourquoi, il est nécessaire de redoubler de vigilance. Voyons quelles sont les équipements indispensables pour courir sur la neige en ville et quelles sont les conseils utiles pour sécuriser ses séances d'entraînements par temps neigeux.

1- Les chaussures pour courir sur la neige

Pas question de courir en “slick”, on oublie immédiatement les chaussures de running route, sous peine de glissades imminentes. Si vous possédez des chaussures à crampons de type trail, ce sont celles-là qu'il faut enfiler. A titre personnel, lorsque je cours sur neige sur les chemins et routes, j'utilise des Salomon Speed Cross. Ce type de chaussures assure une meilleure adhérence, une meilleure accroche face aux fourberies hivernales de madame la neige. Vous ne possédez pas cet équipement, soit il faudra investir, soit opter pour la séance de tapis de course quand courir dehors devient impossible.
Pour info, il existe des chaînes avec crampons pour chaussures de course à pied. Elles viennent se positionner par dessus ces dernières. Il y a notamment les Yaktrax run pro qui permettent de courir et marcher sur neige et glace.

Si vous envisagez de vous équiper, je vous conseille de choisir des chaussures de trail imperméables avec une membrane Gore-Tex pour garder vos petits petons au sec et un peu plus au chaud. Et en rentrant, n'oubliez pas de bien faire sécher vos chaussures.

2- Adapter sa sortie running dans la neige

Même si ça fait des semaines que vous avez mis en place votre planning d'entraînement et qu'aujourd'hui même il est prévu fractionné, remaniez vite fait bien fait votre plan. Cette séance doit être remisée à plus tard. Evidemment, sur neige, les trottoirs et la chaussée nous réservent des surprises, il est plus que conseillé de faire des sorties prudentes. La neige est l'occasion de courir en endurance fondamentale en appréciant la beauté du paysage. Oui, mais pas trop ! Faire du running sur route enneigée demande de bons réflexes, de l'anticipation et de la prudence.

Comme je le disais, on ne sait pas toujours ce qui peut se trouver sous une couche de neige. Courir dans ce paradis blanc, c'est tout d'abord faire preuve d'une attention toute particulière. Essayez de bien lire votre trace, votre trajectoire pour “deviner” les bons gestes et appuis à avoir. Comme lorsque l'on fait de la course à pied la nuit, on se doit de réduire la foulée, mais aussi de la rendre plus dynamique. Moins le pied passe de temps au sol, mieux c'est.

Cette technique de course sur neige permet de limiter les risques dûs aux changements d'adhérence que l'on peut avoir entre les routes qui sont damées par les voitures et les trottoirs immaculés de neige fraîche. Notez qu'il est souvent préférable de faire un détour ou de ralentir que de traverser ou emprunter le chemin le plus court à allure constante.

Côté posture, la peur n'évite pas le danger, pensez à vous décrisper, détendez bien vos épaules et essayez plus qu'à l'accoutumée d'écarter un peu plus les bras de votre corps. En cas de perte d'équilibre ou de glissade, vous pourrez mieux vous rétablir, comme peuvent le faire les funambules.

3- Quelques conseils et précautions pour courir en ville dans la neige

  1. 1- La route, c'est pour les voitures. Et pour cause, la neige sur la chaussée est damée, ce qui la rend glissante. Préférez les trottoirs pour vos runs hivernaux quand l'or blanc est présent.

  2. 2- Les voitures ! Vaste programme, les automobilistes, crispés sur leur volant et qui pestent en vous voyant tenues jaune fluo en train d'arpenter les rues alors qu'ils galèrent. Prenez vos distances pour la sérénité et la sécurité de tous. Il serait dommage de vous faire percuter par une voiture qui loupe son virage.

  3. 3- Les trottoirs ! S'ils sont souvent préférables, ils sont aussi à surveiller. Aspérités, trous, cailloux, bordures n'ont pas disparus avec la neige. Me concernant, j'ai déjà failli et à plusieurs reprise me tordre la cheville lorsque par mégarde mes pieds se retrouvent entre la route et le trottoirs. Pas toujours évident de deviner la bordure, les caniveaux quand la neige s'est installée.

  4. 4- La glace ! Sous la neige, les plaques de verglas peuvent être fréquentes. Souvent ces dernières apparaissent en période de gel et dégel. Et lorsque la neige les recouvrent bingo ! Ce n'est pas tout, certaines personnes sont inconscientes et n'hésitent pas à jeter des seaux d'eau sale sur les trottoirs en hiver lorsque les températures sont négatives. Séance d'holiday on ice garantie pour les runners.

  5. 5- Snowrun = run for fun ! Une fois toutes les précautions prisent, le running sur route en hiver, c'est que du bonheur. Profitez de ces moments privilégiés où votre environnement de course habituel est totalement magnifié. Vous savez, le printemps arrivera bien assez vite.




 
© 2016 - 2019 je-vais-courir.com - Mentions légales