Suis-je prêt à participer à un premier marathon ?



Suis-je prêt à participer à un premier marathon ?

Comment savoir si on peut courir un 1er marathon et le finir dans de bonnes conditions  ? Suis-je capable de couvrir la distance de 42,195km ? C'est la question que doit se poser le coureur avant même d'attaquer la préparation pour cette épreuve de course à pied.


Chaque année, les prétendants au titre de marathonien sont de plus en plus nombreux. La plupart voient en cette course mythique un aboutissement, l'objectif indispensable à atteindre dans leur “vie” de runner.

Cependant, dans les sas de départ, il n'est plus rare de croiser des coureurs sans grande expérience. Oui, des débutants qui ont décidé de s'inscrire à un marathon alors qu'ils ont enfilé leur première paire de runnings quelques mois auparavant. On entend même des néophytes postulants à la médaille de marathonien se fixer des objectifs de chrono. Bonne idée ? Certainement pas ! Courir 42 kilomètres et 195 mètres demande une certaine maturité dans la pratique. Résultat, les déconvenues sont au rendez-vous et constamment bien avant que l'arrivée ne soit en en ligne de mire : blessures, malaises, derniers kilomètres en marchant...

Certes, dans le sport comme dans la vie, avoir de l'ambition est louable. Toutefois, il convient de faire preuve d'humilité face à un objectif trop prétentieux. Mais alors à quel moment peut-on courir un 1er marathon ? Si quelques-uns ont des prédispositions naturelles favorables, pour le commun des mortels, même avec un mental d'acier, quelques prérequis sont essentiels avant de se lancer dans la grande aventure MARATHON dans les meilleures conditions.

Les questions à se poser avec de s'inscrire à son premier marathon

On connaît tous la fameuse citation du champion Emil ZATOPEK : “Si tu veux courir, cours un kilomètre. Si tu veux changer ta vie, cours un marathon”. De même, à l'instar de Séguéla et de sa Rolex, on a peu ou prou déjà entendu l'expression : “Si à 50 ans on a pas couru un marathon, c'est qu'on a raté sa vie”.
Autant de phrases de motivation qui poussent des bizuts en running à vouloir boucler un premier marathon en moins de 4h, six mois après avoir débuté la course à pied un 2 janvier.

Pourtant et j'en suis convaincu, on ne naît pas marathonien, on le devient. Mais alors, à quel moment pouvons-nous dire : “Je suis prêt pour courir un premier marathon !” ?. Avec un peu de bon sens et un brin de réflexion, on peut en avoir une idée. Voici quelques questions intéressantes qui peuvent nous mettre sur la bonne piste. Vous retrouverez ces dernières dans l'infographie marathon ci-dessous. (Si cette dernière vous plait, je vous invite à découvrir mon infographie running sur les habitudes des runners).



  1. 1- Est-ce que j'en ai vraiment envie ?
    On ne se lève pas un lundi matin en se disant que l'on va faire le prochain Marathon de Paris. Cette décision, j'imagine sincèrement qu'elle doit être réfléchie et émaner d'une réelle motivation de la part du runner. Effectivement, courir 42195 mètres n'est pas une mince affaire et ne peut s'envisager sur un coup de tête ou suite à un défi lancé par des amis lors d'une soirée arrosée. Interrogez-vous sur votre détermination et pourquoi vous désirez franchir cette si lointaine ligne d'arrivée.

  2. 2- Ai-je le feu vert du médecin ?
    Être gonflé à bloc c'est une chose ! Mais quand est-il de la santé ? Les habitués des courses savent parfaitement qu'un certificat médical de non contre indication à la pratique de la course à pied en compétition de moins d'un an est indispensable pour s'aligner dans le sas de n'importe quel marathon de France et de Navarre. Avant toute préparation ou inscription, la priorité est tout bonnement d'aller rendre visite à son toubib afin d'obtenir son assentiment.

  3. 3- Le budget marathon, est-ce que je l'ai ?
    La tête c'est bon, les jambes le docteur a dit OK. Mais dans la popoche, consentez-vous à vous délaisser des frais qui découlent d'une participation à un marathon ? On n'y fait pas forcément attention, mais l'addition peut vite grimper. Première dépense, le dossard marathon, supérieur à 100€ comme à Paname par exemple. A cette somme s'ajoute, l'équipement, mais aussi le ravito, les charges liées au transport et à l'hébergement. Faites-le calcul !

  4. 4- Est-ce que je cours 3 à 4 fois ou au moins 30km par semaine depuis plusieurs mois ?
    Pour prétendre au titre si convoité de néo marathonien, il est nécessaire d'en avoir dans les guiboles. La prépa va vous demander un surcroît de kilomètres qu'il faudra encaisser au fur et à mesure des semaines. Et comme on le dit souvent, il est primordial de faire preuve de progressivité en course à pied. Justifier plusieurs mois avec au moins 3 sorties hebdo semble être une bonne base.

  5. 5- Est-ce que je cours depuis 1 an ?
    Je vois régulièrement sur les réseaux sociaux ou dans mon entourage, des débutants s'inscrire à des 42,195kms après 4 ou 5 mois de running. Ces derniers termineront sans doute l'épreuve, mais dans quelle condition ou état. Là encore, brûler les étapes n'est pas du tout recommandé. 1 an de CAP, je trouve déjà cela rapide pour mener à bien le projet premier marathon.

  6. 6- Suis-je rompu à l'exercice des sorties longues ?
    La fréquence des séances d'entraînement c'est une chose, la durée de ces dernières s'en est une autre. Qui dit plus de 42 bornes à courir, dit grosse endurance et un organisme qui va de paire. La fameuse sortie longue sera au coeur de votre programme d'entraînement marathon. Oui, le terme course à pied SL fera partie de votre quotidien. Cela signifie des sorties de 1h30 à 2h30. Alors êtes-vous à ce jour capable de courir régulièrement au moins 90 minutes sans vous arrêter ?

  7. 7- Ai-je déjà couru des semi-marathons ?
    Si cela n'est pas à 100% indispensable, il est vivement conseillé d'avoir quelques expériences significatives et réussies sur semi marathon avant de fouler l'asphalte sur 42K (et des brouettes). Le semi marathon est un bon exercice pour goûter aux joies des courses d'endurance sur route. C'est certain l'expérience semi vous permettra de capitaliser de bonnes chances de succès sur la distance reine du marathon.

  8. 8- Ma vie est-elle marathon-compatible ?
    Autre question bien utile ! Est-ce qu'il me sera possible de conjuguer ma vie personnelle avec celle de candidat au marathon. Autrement dit, vais-je pouvoir faire comprendre à mon entourage professionnel et familial que mon agenda risque d'être fortement bousculé. N'hésitez pas à échanger sur le sujet avec votre tendre moitié ! Bons nombres d'ultra runners et de marathoniens ont gagné des médailles ou réalisé leur rêve, mais ont également essuyé des revers amoureux et sociaux.
    Comme chez le toubib, le feu vert de vos proches, de votre chéri(e) (Adrienne) est une motivation essentielle dans votre quête du Graal.

  9. 9- Suis-je capable de commencer une préparation ?
    Capable sportivement oui, mais là je parle de votre planning ! Une prépa marathon c'est en moyenne 12 semaines de course à pied avec 4 séances hebdo dont des sorties longues. Prenez votre agenda et essayez d'identifier 3 à 4 créneaux horaires par semaine dont certains de près de 3 heures pendant lesquels vous pouvez vous libérer. Bref oubliez les grasses mat' du samedi ou du dimanche. Si c'est ok, let's run !

  10. 10- Quel est mon objectif pour un premier marathon ?
    Il est dans notre nature de nous fixer des buts. Pour une première expérience sur 42 kilomètres et 195 mètres, quel est le vôtre ? Personnellement, je considère que lors d'un 1er marathon, le principal est de prendre un maximum de plaisir. J'entends par là le terminer sans blessure et si possible sans marcher. Pour ce qui est du chrono, je pense que pour une 1ère tentative, c'est secondaire.




 
© 2016 - 2019 je-vais-courir.com - Mentions légales