5 arguments insolites pour se préparer à courir le marathon



5 arguments insolites pour se préparer à courir le marathon

Les bonnes raisons de courir un marathon sont innombrables. Parmi elles, certaines sont inattendues, voire teintées d'humour. D'ailleurs, voici mon top 5 des excuses insolites pour s'inscrire à une course à pied de 42,195km.


Vu par un débutant ou par un étranger à l'univers du running, le marathonien peut passer pour un extra-terrestre. Comment est-il possible, envisageable d'arriver au bout d'une distance de 42 kilomètres et 195 mètres, conscient et sur ses deux pieds ? Autrement dit, ne faut-il pas être fou, mazo, azimuté pour s'aligner sur un tel périple ?

Pourtant, chaque année les prétendants au titre de finisher au marathon s'entassent comme des sardines dans les sas de départ (si si vous avez maintenant cette chanson en tête). S'ils peuvent se le permettre, c'est qu'ils en sont capables (j'espère pour eux), qu'ils sont prêt à participer à un marathon. Ils se sont entraînés, préparés pendant des semaines et ont derrière eux pour la plupart une solide expérience baskets aux pieds.

Au delà du dépassement de soi ou de la fierté de relever un joli défi, les raisons de se lancer sur un marathon sont multiples. Si pour la majorité elles sont bonnes ou louables, parfois elles peuvent être saugrenues, incongrues (ou pas).
Et justement ! Aujourd'hui, j'ai décidé de mettre en lumière 5 prétextes insolites pour s'entraîner à courir le marathon. Afin d'illustrer cet article, j'ai même réalisé une infographie spéciale raisons insolites de courir un marathon. Je vous invite bien évidemment à la découvrir.

Courir un marathon ! 5 raisons originales de s'y préparer

Vu comme le graal des courses sur route, le marathon est généralement l'épreuve que tout (ou presque) coureur souhaite faire et surtout terminer au moins une fois dans sa vie (et avant 50 ans si possible sous peine de l'avoir rater selon la fameuse expression).

Toutefois, avant de pouvoir briguer la médaille de finisher au marathon de Paris, Boston ou des Barbades (pourquoi pas), il faut s'y aguerrir. Faut-il encore trouver les ressources et la motivation de s'y atteler. Si tel est votre cas, voici quelques arguments insolites qui vous aideront éventuellement à commencer la préparation d'un marathon avec le sourire.

Infographie raison insolite de participer à un marathon

  1. 1- Pour avoir une excuse de claquer 500€ au nom du sport.
    J'imagine fort bien que le commun des coureurs qui a pour ambition de franchir la ligne d'arrivée d'un marathon possède déjà un arsenal d'accessoires pour la course à pied. Il a déjà sa tenue, sa fameuse montre cardio gps et tout le barda qui va avec.

    Mais on le sait tous, ce n'est pas parce que l'on est équipé de la tête aux panards que nous les runners, nous ne sommes pas insensibles aux appels des sirènes marketing. La participation à un futur marathon est en ce sens une belle et jolie excuse pour se lâcher dans les rayons running de votre magasin de sport favori (talatatata talatatata :).

    Cependant, attention avant de faire flamber la carte bleue avec ces nouvelles baskets qui coûtent les yeux de la caboche. Nul besoin de passer par la case dépenses équipement pour avoir l'opportunité de faire fondre votre compte bancaire comme neige sous le cagnard.
    D'autres frais vont venir combler votre envie de dilapider vos économies.

    -Inscription marathon de Paris 109€ (et ça fait le plein glurp).
    -Frais de transport : usure du véhicule, carburant, péage,billet avion ou train..
    -Hébergement : chambre d'hôtel, Airbnb,..(squat ou voiture pour ceux qui sont fauchés arrivés à cette étape).
    J'oublie sans doute quelques autres débours, mais on arrive vite à un demi smic pour 42kms195m (on comprend mieux pourquoi les runners courent en gilet jaune fluo).

  2. 2- Pour avoir 48 occasions de pouvoir échapper aux corvées ménagères.
    Qui dit marathon, dit forcément préparation. Celle-ci s'anticipe et dure selon le plan que l'on a choisi ou que notre coach nous a confié entre de 10 à 16 semaines. 3 à 4 bons mois rythmés par 3 à 4 sorties hebdomadaires qu'ils faut caser dans son planning. 4 séances pendant 12 semaines, cela nous amène à débusquer 48 créneaux horaires entre 45 minutes et 2h30 suivant l'avancement de la prépa.

    Pour les petit(e)s malin(e)s, autant bien choisir ces laps de temps hors de la maison. Pendant les devoirs des enfants, les jours de visite de la belle mère... Et pourquoi pas en profiter pour déléguer les tâches ménagères à votre moitié durant vos absences justifiées par l'objectif marathon ?

  3. 3- J'ai toujours rêvé de visiter Paris, Londres ou New York sans les voitures.
    Ce que j'adore lorsque je prends part à une course, c'est d'avoir la route pour moi (enfin presque, je suis rarement seul avec un dossard). Ce sentiment de liberté d'envahir la chaussée libre de tous véhicules. Sur un marathon qui se tient dans une capitale ou une grande ville, cela prend encore plus de sens. C'est réellement une opportunité de (re)découvrir la cité, ses centres d'intérêts, monuments au travers d'un parcours de 42 kilomètres (et ça fait un peu oublier la souffrance ou ce mur des 30 bornes).

  4. 4- Pour pouvoir dévorer 5 big mac sans complexer !
    Si certains runners ont pour motivation de courir pour maigrir, d'autres courent pour pouvoir manger ce dont ils ont envie. À ce titre, se mettre en tête de courir un marathon peut vous y aider.

    Sachant que l'on perd en moyenne 60 calories par kilomètre de course à pied et qu'il y en a 42 et des brouettes, cela nous amène à dire que l'on élimine environ 2530 calories pendant un marathon. Pour info, on continue même à brûler des calories les heures qui suivent la course. Si l'on ramène cela au mythique hamburger de chez McDo qui pèse 219gr pour 510 kcal, finir le marathon permettrait de s'en enfiler 5. Après faites votre menu d'aliments gras comme vous le consentez.

  5. 5- Prouver à son ancien prof de gym du collège que l'on est plus une quiche en sport !
    Vous vous en souvenez de ces séances de sport à l'école où il y avait des montées de cordes. Bien loin d'avoir des bras de pompier, vous étiez rouge écarlate à un mètre du sol avec les mains en sang. Vous vous en rappelez de ces commentaires humiliants de ce prof de gym en survêtement de coton. Vous vous remémorez de ces appréciations sur le bulletin de notes à côté de SPORT : “qui ça, je connais pas, jamais vu dans mes cours”.

    Allez, foncez, à fond dans la prépa marathon. Finissez ce marathon et retrouvez ce vieux prof de sport sans doute à la retraite pour lui dire qu'aujourd'hui vous n'êtes plus une quiche en sport.




 
© 2016 - 2019 je-vais-courir.com - Mentions légales