Comment augmenter son endurance en course à pied



Comment augmenter son endurance en course à pied

Comment améliorer son endurance quand on débute la course à pied ? Bonne question ! Je vous propose 5 astuces fondamentales pour travailler, renforcer votre endurance en running et ainsi donner un second souffle à votre envie de courir plus loin et plus longtemps avec le sourire.


Quand j'ai décidé de commencer à courir, un de mes premiers objectifs était de perfectionner ma condition physique, mais aussi et surtout de courir vite et de nombreux kilomètres. Pour cela, je n'ai consulté aucun guide ou bible du running, ni coach et je n'ai pris aucun conseil de la part de qui que ce soit. Si bien que mes premières sorties se sont soldées par un constat d'échec. Je ne voyais pas de progrès arrivés et je terminais toujours dans la souffrance. Mais comme il est rare que je lâche l'affaire, je me suis dit que je devais très certainement mal m'y prendre. Je me suis alors informé et j'ai pris conscience de ce qu'était l'endurance et la façon dont on pouvait la travailler. Et bonne nouvelle, c'est plutôt facile !

5 manières de développer son endurance à la course à pied

Avant que nous prenions le temps de découvrir les clés qui permettent au coureur débutant de s'améliorer en endurance, je vous propose une définition simple de l'endurance.
L'endurance c'est l'aptitude à maintenir un effort plus ou moins soutenu dans le temps. Lorsque l'on a beaucoup d'endurance on peut alors courir longtemps sans se fatiguer, ainsi profiter de son sport favori. Pour le jogger, l'endurance permettra de courir sur de plus longues distances et profiter de son environnement de course.

On peut mesurer l'endurance au niveau respiratoire avec le souffle, au niveau cardio-vasculaire (le coeur), au niveau des muscles (musculaire) ces derniers devant être aptes à supporter l'effort dans la durée. Enfin, l'endurance se mesure également au niveau mental, notre motivation à aller de l'avant.

  1. Conseil running n°1 : courir lentement c'est fondamental en endurance.
    Courir doucement pour améliorer son endurance est la clé numéro une. Le runner débutant tombe souvent dans le piège du “je cours en sur-régime et je n'arrive pas à tenir la longueur”.
    Courir lentement c'est capital, cela permet de bâtir la base de son endurance, appelé aussi le socle. On parle de travailler son foncier, son endurance foncière, sa capacité à optimiser l'utilisation de toute son oxygène.

    Mais la question à se poser c'est : “c'est quoi courir lentement ?”. Concrètement il s'agit de trouver la bonne allure de course. La bonne vitesse, c'est celle pendant laquelle on se sent à l'aise, celle durant laquelle on ne perd pas son souffle. Il s'agit de l'endurance fondamentale, il y a d'ailleurs un exercice facile pour savoir si l'on court à la bonne vitesse, c'est le talk-test. Au bout de quelques centaines de course, essayez de tenir une conversation, de prononcer une phrase à haute voix. Si vous réussissez, bravo c'est que vous êtes en train de courir en endurance fondamentale.

    Pour aller plus loin et si vous possédez un cardiofréquencemètre, sachez que l'endurance fondamentale est un rythme de course qui doit osciller entre 60 et 75% de votre fréquence cardiaque maximale. Certaines montres cardio vous indiquent si vous courez dans la zone cible de l'endurance fondamentale. Sinon vous pouvez apprendre à calculer la FCM à partir d'une formule ou d'un test terrain.

    Bonne nouvelle, courir à cette faible intensité permet à votre rythme cardiaque de diminuer peu à peu et à votre vitesse moyenne de progresser pour un même effort. Quand courir lentement vous permettra d'aller plus vite, vous pourrez courir au seuil avec l'endurance active, mais tout vient à point à qui sait attendre, nous en reparlerons bien assez vite, coyez-moi.

  2. Conseil n°2 : courir plus longtemps
    Pour développer son endurance générale, servons nous du premier conseil qui est de pratiquer la course à pied lentement. Moins fatigué et pas essoufflé, nous sommes alors capable de courir plus longtemps. Logique, non ? En tant que coureur débutant votre plan d'entraînement doit comporter au maximum 2 à 3 séances par semaine.
    Afin de travailler l'endurance, je vous encourage à inclure une sortie plus longue que les autres dans votre planning hebdo. Je ne vais pas vous donner de temps, ni de durée à respecter, cela dépend de votre niveau actuel. Si vous avez pour habitude de courir 30 minutes, essayez une fois par semaine de jogger 40 minutes. Si vous n'y parvenez pas en endurance fondamentale ou que votre corps ne tient pas le choc, ce n'est pas grave. Dans ce cas, il convient d'alterner des cycles marche et course lente. La marche est une activité d'endurance également. Je le rappel, courir doit rester agréable, un plaisir, un moment que vous aimez retrouver dans votre quotidien.

  3. Conseil n°3 : la régularité en course à pied ça paye.
    Je vous expliquais que courir doucement et longtemps développe l'endurance de base, celle qui vous emmènera toujours plus loin dans l'aventure RUNNING. On s'en doute, pour construire une base solide, une bonne endurance socle, il faut du temps, même si au départ les progrès se font plus rapides.

    Pour booster son endurance, la 3ème astuce, c'est de courir régulièrement. Mieux vaut courir un peu mais toutes les semaines que énormément sur de courtes périodes. Mieux vaut miser sur la qualité de l'entraînement que sur la qualité, mais dans la régularité. Bâtir son capital foncier en endurance se fait de janvier à décembre avec un entraînement continu.
    Même si il est tôt pour le débutant de construire un planning d'entraînement, on peut se dire que 2 sorties (3 max) hebdo par semaine c'est déjà excellent et source de progrès en endurance. Plus de séances dans l'immédiat peut occasionner des blessures, signe d'arrêt complet.

  4. Conseil n°4 : travailler son souffle.
    Il y a un élément à ne pas prendre à la légère pour renforcer son endurance et sa condition physique, c'est la gestion de sa respiration en course à pied. Je le disais il faut courir en endurance fondamentale pour développer son endurance, une allure en pleine aisance respiratoire. De facto, il est donc recommandé d'apprendre à bien respirer en courant.

    Il existe plusieurs types de respirations : thoracique, claviculaire et abdominale (ventrale). Pour courir, c'est la respiration ventrale qu'il faut privilégier car c'est celle qui permet d'inspirer le plus grand volume d'air.

    De fait, nous devons apprendre la respiration abdominale en course, bien gonfler son ventre à l'inspiration. Pas facile de courir en apprenant à respirer, l'astuce c'est de s'entraîner de temps en temps en dehors des courses.
    Tenez-vous debout, inspirez par la bouche et le nez pour bien gonfler le ventre, puis expirez par le nez et la bouche en essayant de rentrer un maximum le ventre. Répétez plusieurs fois ce cycle.

  5. Conseil n°5 : rouler, nager, ramer, varier les plaisirs.
    Eh oui, il n'y a pas que la course à pied qui fait travailler l'endurance. Entre deux séances de running, rien ne vous interdit de varier les plaisirs avec une activité sportive différente. C'est même plutôt une bonne idée, on appelle d'ailleurs cela l'entraînement croisé.
    A ce titre, il m'arrive régulièrement d'incorporer dans mon plan d'entraînement une séance de rameur, j'ai la chance de posséder un Concept 2 ou encore de faire du vélo elliptique. Alors nagez, skiez, roulez avant de retourner courir pour développer votre endurance.




 
© 2016 - 2019 je-vais-courir.com - Mentions légales