Running anatomie et composition d'une chaussure de course à pied



Running anatomie et composition d'une chaussure de course à pied

Quelles sont les différentes parties d'une chaussure de course à pied ? Comment se compose une paire de chaussures de sport ? Tige, semelle intermédiaire, renforts, je vous propose de découvrir l'anatomie d'une chaussure de running et ses termes spécifiques. Important pour bien choisir sa prochaine paire de runnings.


Lorsque j'ai décidé de débuter la course à pied, j'ai dû m'intéresser à l'équipement indispensable dont tout coureur à besoin pour pratiquer. C'est ainsi que je me suis retrouvé face à un rayon chaussures de running d'une célèbre enseigne de sport. Mais avant d'en arriver là, je me suis informé sur internet. J'avoue cela n'a pas été évident. Pourquoi ? tout simplement parce que les boutiques de ventes d'articles de sport en ligne comme i-Run ou les sites de conseils running, connaissent leur sujet sur le bout des orteils, mais ne savent pas toujours s'adresser au néophytes en la matière.

Oui, quand on cause chaussures sur internet on les décrits avec des termes spécifiques, on les tests en mettant en avant des termes techniques. Mais qui n'a pas un minimum d'expérience ne sait pas forcément ce qu'est un mesh, la tige ou la semelle intermédiaire d'une chaussure de course à pied.

C'est pourquoi aujourd'hui j'ai décidé de vous faire découvrir les principales parties d'une chaussure de running. Connaître les différentes parties, la composition d'une paire de runnings vous sera très utile lorsque vous lirez des tests et avis sur un modèle qui vous intéresse ou lorsque vous serez sur le point de renouveler ou choisir une paire de chaussures de course à pied.

Les différentes parties d'une chaussure de running à la loupe

Vous venez de tomber amoureux du look de la dernière paire de runnings New Balance, Asics ou Adidas ? Ces dernières vous paraissent absolument superbes ! Malheureusement le test qui accompagne les magnifiques photos de ces chaussures ressemble pour vous à du Chinois. Dans les grandes lignes vous avez su comprendre que l'on y parlait d'amorti, de stabilité ou encore de dynamisme. Mais de nombreux termes vous sont restés étrangers et vous aimeriez j'en suis certain savoir ce qu'ils signifient afin de vous faire un véritable avis avant de procéder à un achat.

Très bien ! Que diriez-vous de faire une autopsie d'une chaussure de course à pied ? Oui ! Ok, alors, je vous invite à vous référer à la photo ci-dessous, puis à lire les définitions qui correspondent à chacune des parties de la chaussures de running.

alt à remplir


1- Les lacets :
Oui, je sais, si il y a bien un élément que vous connaissez sur une chaussure, c'est bien les lacets. On passe ces rubans de tissus dans les paires d'oeillets de la chaussure puis on les lacent afin qu'ils assurent leur rôle qui est de bien maintenir. Mais savez-vous à quoi sert le dernier trou à lacets de vos baskets ? Celui qui se situe tout en haut ! Eh bien à éviter les ampoules et les orteils abîmés. Ces oeillets dont on pense qu'ils ne servent à rien et que l'on a jamais utilisé permettent d'assurer un meilleur maintien du pied. Il suffit de glisser chaque lacet vers l'intérieur dans ces petits trous pour former une boucle, puis en croisant vos lacets et en les faisant passer à l'intérieur des boucles. Serrez les lacets et faites votre noeud. Votre cheville sera bien maintenue tout comme vos pieds. Visionnez la vidéo ci-dessous pour mieux comprendre la technique de laçage. Eh oui apprendre à lacer ses chaussures de sport correctement c'est important.



2- La languette :
C'est tout simplement la bande de tissus qui est fixée à la chaussure et qui a pour utilité de protéger le pied de l'empreinte du lacet. Les marques aiment tout particulièrement apposer leur logo sur le haut de la languette.

3- La semelle d'usure :
Il s'agit de la semelle qui est en contact direct avec le sol. C'est l'élément qui permet d'obtenir une bonne adhérence, du grip. La semelle d'usure d'une chaussure de trail possédera des crampons plus volumineux afin d'assurer une meilleure stabilité et accroche. Certaines marques n'hésitent pas à établir des partenariats avec des fabricants de pneumatiques. Ainsi, certaines chaussures sont dotées d'une semelle d'usure Continental par exemple. Surveillez bien cette semelle, c'est l'un des premiers signes d'usure d'une chaussure de sport. Quand elle sont usées, c'est le bon moment pour changer de runnings.

4- La semelle intermédiaire :
Située au dessus de la semelle d'usure et attachée à la tige, la semelle intermédiaire a pour mission d'assurer l'amorti et le dynamisme de la chaussure. C'est en grande partie grâce à elle que l'impact de vos pieds sur le sol seront amortis et que votre relance de foulée sera optimale.

C'est dans cette semelle que l'on retrouve les bijoux de technologies que nous conçoivent les marques de running : le K-Ring de Kalenji Décathlon, le Gel de chez Asics, le Boost de chez Adidas, le Wave de Mizuno par exemple. Cette semelle se compose de divers matériaux et peut être spécifique pour répondre à nos différentes foulées : universelle, pronateur, supinateur.

Au fait, si vous pensez acheter des chaussures de course à pied d'occasion, faites attention ! Une paire de runnings dont la semelle intermédiaire présente des plis sur la lognueur, passez votre chemin.

5- La semelle de propreté :
On ne l'aperçoit pas sur le schéma, mais elle se situe à l'intérieur de la chaussure de running entre la semelle d'usure et intermédiaire. C'est sur cette dernière que repose le pied. Elle assure le confort du pied du coureur. Faite en mousse la semelle intérieure comme on l'appelle aussi, gère la transpiration, limite les frottements et maintient le pied.

6- La tige :
Elle représente la plus grande partie de la chaussure de sport puisqu'elle entoure et recouvre le pied et s'adapte à sa forme pour mieux le maintenir. La tige assure aussi le confort et la respirabilité de la basket. La tige est souvent composée de mesh. Ce tissu composé de divers matériaux (nylon, polyester..) selon les marques est plus ou moins serré. On parle par exemple de mesh serré pour une chaussure de trail, idéal par temps de pluie ou sol trempé. On parle d'un mesh plus aéré pour une chaussure running sur route. Cette dernière sera plus respirante.

7- Les renforts :
Ils se trouvent sur les côtés des chaussures (mais aussi à l'avant), par dessus la tige, généralement à l'endroit où les marques apposent leur logo ou signature. Les renforts servent à mieux maintenir les pieds sur les côtés, assurer un bon guidage.

8- Le contrefort :
Placé à l'arrière de la chaussure de sport, le contrefort, c'est l'élément qui entoure le talon, le maintien. C'est une composante qui assure une meilleure résistance à la chaussure. Pour bien maintenir le talon, éviter les torsions du pied, le contrefort doit être rigide et haut.



 
© 2016 - 2017 je-vais-courir.com - Mentions légales